Rechercher

Chapitre 52- Ma reddition…

Sans préjudices...

26 décembre 2020, La crise est passée, pour l’instant. Les maux de ventre sont contrôlés maintenant. Les douleurs vont et viennent mais sont supportable. Mes nuits sont saccadées :P . Mais bonne nouvelle, pas de blocage intestinal. J’ai reçu un appel de ma nouvelle oncologue la semaine dernière. Après la lecture du scan que j’ai passé au début décembre, les nouvelles sont sombres...encore. Les masses sur le poumon droit ont grossit et commence à comprimer la veine cave…mauvais… Elle me parle d’une chirurgie qui consiste à incérer un petit ressort dans la veine du poumon pour la garder ouverte. Chirurgie qui ne nécessite qu’une anesthésie locale. Les masses de mon ventre on grossit aussi. Je lui parle de la chimiothérapie, elle me dit que je suis au bout du chemin. Il n’y a plus de traitement possible pour ce cancer. Le traitement que je suivais depuis quelque mois n’a pas l’effet escompté. Silence.

Elle me dit aussi qu’elle va vérifier durant les fêtes s’il n’y aurait pas un autre programme de recherche pour essayer de nouveau médicaments. Mais elle est très pessimiste.


J'ai aussi rencontré un autre médecin, pour la douleur en soins palliatifs. Elle m'a remit une brochure…une maison de fin de vie...pour m'aider à prévoir la suite. J’ai les yeux humides encore. Le voilà ce moment que je redoutais. Celui où je dois déposer mon épée, retirer mon armure et me mettre à genou devant la maladie.


Abandonner. Elle a gagné la guerre… Après presque 6 ans, de multiples combats, de souffrances et de sacrifices. Après avoir repoussé l’ennemi plusieurs fois. Après lui avoir infligé coups sur coups, je dois reconnaître ma défaite. Elle revient toujours et elle prend de plus en plus de place en moi. C’est difficile à accepter. Je ne suis pas du genre à baisser les bras. Je veux toujours me battre! Mais je n’ai plus d’armes pour me défendre. C’est ce que j’ai dis à mon fils en le serrant fort dans mes bras. La vie est cruelle parfois. Le pire c’est que la majorité du temps on essaie de trouver un sens à tout ça, mais il n’y en a pas. Tout ce qu’il nous reste à faire c’est s’étreindre, pleurer, profiter de chaque moment qu’il nous reste ensemble... Cette perte imminente est très douloureuse. En fait, il n’y a pas de mot assez fort pour décrire mon sentiment. Faire mes adieux à mes enfants reste ma plus grande douleur. Je redoute beaucoup ce moment. Je ne sais pas combien de temps il me reste. Mais je lui ai dit aussi que si je pouvais donner ma candidature comme ange gardien de l’autre côté c’est ce que je vais faire.

Si seulement je pouvais… Ce Noël m’a vraiment fait mal.

J’ai essayé de mon mieux de garder un sourire devant tout le monde et de ne pas pleurer. Je voulais que les enfants soient bien. Ça n’a pas été facile.


J’aurais beaucoup aimé pouvoir profiter de la présence de tout le monde une dernière fois, comme on faisait avant la pandémie. Apporter avec moi le plus de souvenirs heureux possible. Le ‘’timing’’ est vraiment mauvais pour cette saleté de virus. J’essaie de ne pas m’apitoyer sur mon sort, beaucoup de gens ont perdus des proches et chaque jour on annonce encore plus de morts. Mais quand même, j’aurais aimé connaître un dernier Noël en famille, pas en vidéo. Car il est clair maintenant que c’était mon dernier. Je vais continuer d’écrire, jusqu’à plus de souffle.

Ça me fait du bien. J'ai encore quelques chapitres dans mon fourneau... Alors voilà! J’ai eu de jolis bas de laine pour Noël. Une bouteille d’Amarula pour mon café et un mini jardin hydroponique pour mes fines herbes dans ma cuisine. Aussi une chaise pour m’assoir dans la douche et une belle buche au chocolat/framboise fait maison. Des petits trucs qui font du bien et qui signifie que tu comptes pour quelqu’un. J'ai pu aussi profiter de la présence de mes proches, séparément bien sûr et avec toutes les précautions, masques et désinfectant pour les mains...

Je comprends que chaque vie doit s’éteindre. Nous devons tous partir seul à la fin de notre histoire. Je suis chanceuse de compter autant de gens que j’aime autour de moi, certain n’en on pas.

(Tiens? Çà me rappelle une chanson ;)

Alors je vais continuer d’apprécier le plus longtemps possible l’air qui entre et sort de mes poumons et mon petit cœur qui bat vite.


C’est maintenant de la musique dans mes oreilles. La plus belle qui soit…juste après le rire de mes enfants... Un très joyeux Noël à vous tous, Savourez la vie!

Xoxoxoxox


618 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout