Rechercher

Chapitre 1- Moi

Mis à jour : janv. 11

Sans préjudices...


Il est tôt le matin le 11 août 2019.


Ça fait un bon moment déjà que je pense à écrire mes mémoires, sans vraiment avoir le goût de le faire. Mais ce matin, les idées et les mots ont commencés à se mettre en place dans ma tête. C’est un signe je pense.

Alors j’ouvre mon ordinateur et je commence à écrire.


Je suis seule à la maison. Ma fille est sortie avec des amis et mon fils est chez son père pour encore quelques jours. J’ai du temps pour mettre noir sur blanc les passages marquants et les moins importants de ma vie. Comme je ne peux pas compter sur mon ex conjoint pour parler de moi à mes enfants quand je serai partie, ces pages sont pour moi une façon de leur rappeler qui était leur mère et ce quelle a traversé …


Je m’appelle Louve Dubois, j'ai 47 ans, J’ai un grand frère, une grande sœur et une petite sœur.


Je ne décrirai pas ici tout en détails car mon enfance fut sans histoires bien particulières. Du bonheur, de l’amour de mes parents et de ma fratrie. Selon leurs dires j’étais assez turbulente, exaspérante et je ne tenais pas en place. Je suis grimpeuse, je fouille partout et ma famille peine à suivre le rythme. On me le reproche encore aujourd’hui 😉

Désolé tout le monde …


Dès mon plus jeune âge ma passion pour les chevaux était flagrante… Barbie dans le fond de la garde-robe et je jouais avec son cheval articulé. Les animaux m’ont toujours attiré comme un aimant. J'ai grandis sur le dos des chevaux.


L’école primaire était difficile pour moi. J’ai un déficit d’attention, mais à cette époque on ignorait ce terme alors on disait ‘’paresseuse’’…. lol.


J’ai détesté les mathématiques dès le début. J’ai une âme d’artiste alors le cartésien ce n’est pas pour moi. J’étais un garçon manqué, je n’aimais pas les robes et les jupons, ni le rose et les autres couleurs de filles. J’aimais les jeux de garçons, ce qui m’a valu d’être un mouton noir dans ma nouvelle école à mon arrivé dans une ville de Banlieue où nous venions tout juste d'emménager.


Les filles de ma classe ne m’aimaient pas. Mes professeurs non plus car je ne cadrais pas avec mon TDA. Beaucoup ignoraient ce qu’était un déficit d’attention à cet époque. Donc j’ai subi du harcèlement de la 3ième à la 6ième année. On me bousculait, brisait mes effets scolaires et je retrouvais souvent mes cartables dans la poubelle. La pire d’entre toute s’appelait Caroline. Une vraie bitch comme dans les séries télé… Elles sont même allées jusqu’à me faire accuser de vol…


J’ai détesté mon primaire… Une chance que mon amie Nicky était là (une autre marginale, comme moi, elle dépassait de deux tête tous les élèves de l’école…). Je passais presque tout mon temps avec elle entre le soccer, le kick Ball et le baseball….

Ma nouvelle maison était un paradis pour moi…


La campagne, les fermes remplis de chevaux à proximité, la rivière, la nature… J’étais bien entourée. Je dirais que ça me calmait des jours de classes moches. À la maison on avait des pigeons, des lapins, des canards… J’étais solitaire, je préférais la compagnie des animaux.


Événement marquant : Mon papa achète mon premier cheval, 😊...


J'ai 9 ans! Quelle bonheur cette jument. Des heures de plaisir. Je vivais sur son dos. Je dormais dessus aussi. J’ai même fait une fugue d’une journée avec elle ha ha ha ! J’avais 11 ans, j’avais décidé d’aller voir mon amie Nicky chez elle dans un développement résidentiel.

C’était à environ une heure à dos de cheval. Une superbe journée ensoleillée. J’ai galopé avec plein d’enfants à vélo autour de moi dans le parc de la ville, on faisait la course les vélos et moi! Tout le monde voulait voir mon cheval, c’était vraiment amusant. Pas pour mes parents en fait, ils m’ont cherché partout, à deux doigts d’appeler la police :O !



Mes parents ont ensuite décidé de vendre la jument et mon offert des cours d’équitation jusqu’à l’âge de 17 ans. J’ai participé à des concours de saut et de dressage. J’ai gagné beaucoup de rubans. Le jour où j’ai découvert que mon entraîneur droguait mon cheval de concours pour le calmer… j’ai quitté, dégoutté de ces pratiques.

Ma mère m’avait annoncé que je devais payer mes cours toute seule maintenant que j'avais un travail. Comme je n'avais pas beaucoup d'argent j’ai arrêté les leçons, mais je m’occupais encore des chevaux du voisinage.


Secondaire 1


Mon arrivé au secondaire fût le théâtre d’une de mes plus belles rencontres dans cette vie, mon amie Suzy. Une âme pure et sage à qui la vie a imposé des épreuves très difficile dès son plus jeune âge. Atteinte de dystrophie musculaire, les médecins lui avaient donné une espérance de vie de 27 ans… Elle et moi nous écrivons encore aujourd’hui… à 47 ! Nous avons passé tout notre secondaire ensemble. Une grande histoire d’amitié.

Elle était, et est encore aujourd’hui, ma confidente, une amie fidèle et sincère. Les années n’ont pas détruit ce lien malgré l’éloignement et nos aventures respectives.

Je t’aime Su xxx.


Mon secondaire 3 à 5 se résume à improvisation, théâtre, volleyball, et sortie clandestine avec Suzy. Nous avons manqué plusieurs cours, souvent ceux d’anglais…nous trouvions tous que c’était une matière inutile ha ha ha ! Derrière moi les chipies du primaire, je ne les ai jamais revues, merci mon dieu. Nous avons passé des heures dans l’auditorium Suzy et moi, à jouer sur le grand piano de gala de l’école, un piano de 45 milles dollars :O (Notre ami Benoît avait la clef pour le piano, c’est lui qui s’occupait de la salle), écouter de la musique, discuter des garçons…


Mon équipe d’improvisation était excellente. Nous avons fait les finales provinciales… :O ! J’ai même été étoiles du match ! Il y a eu aussi un recruteur pour la télévision jeunesse qui est venu me voir après le match. Nous avons discuté un peu et il m’a remis sa carte d’affaire pour passer une audition. Je n’ai pas saisi cette chance. J’étais terrifié. Je le regrette aujourd’hui. Qu’aurait été ma vie si j’avais accepté? Mystère…



Premier emploi, cueillette de petits fruits durant l’été. On embarquait, ma grande sœur et moi, dans la boîte du camion de notre employeur tous les matins et on cueillait toute la journée. Mon deuxième emploi fut un centre de location de cassettes vidéo d’on j’ai oublié le nom. Et oui, il fallait aller au magasin pour louer nos films dans ce temps là...

Beaucoup de plaisir et de travail sur ma personnalité durant ces années. J’étais beaucoup plus sociable qu’au primaire.

De belles rencontres et expériences intéressantes.



Chapter 1

Me ...

It’s been a while now that I wanted to write my memories, without having the will to do it. But this morning, ideas and souvenirs started to form in my mind. It’s a sign, I think.

So, I opened my computer and started to align words on those white pages…

I am alone at home.


My daughter is out with friends and my son at his father’s house for a few days. I have time to lay, black on white, the most important moments of my life and the less ones.

Since I can’t count on my ex husband to talk of me to our children when I am gone, these pages are, for me, a way to remember them who was their mother and what she went through these last few years...

My name is Louve Dubois, I am 47 years old. I have a big brother and sister and a little one. I am not going to describe everything here, my childhood was without particularly special stories. Happiness, loved by two great parents and my siblings, I was a normal little girl.


I was a very active child though, needed to move all the time. My family had a hard time trying to follow me. I was climbing on every surfaces ha ha ha ! They still talk about it today 😉 sorry guys!


At a very young age, my passion for horses is obvious. Barbie left in my wardrobe and I was playing with her horse. It’s easier for me to bond with animals than humans. I growed up on the back of a horse.

School was hard for me. I have an attention deficit disorder (ADD). But back in time schools were calling that behavior ‘’laziness’’…lol.


I hated maths since the beginning. I have an artist’s soul, cartesian is just not me. I was a tomboy, hated dresses and girl's colors. I was playing boy games, sports and that made me a black sheep when we arrived in our new neighborhood with my family.


Girls in my classroom weren’t fond of me. Neither the teacher, my ADD is hard to deal with. They didn’t know what was an ADD back in time. So, I suffered bullying from my third grade to high school. They were mean; pushing me, calling me names, throwing my school stuff in the garbages. The worst one’s name was Caroline, a real bitch like in the TV series. I still remember every moment of it. Bullying leaves terrible memories for life. It’s like a scar.


I had one friend, Nicky, a marginal like me. She was taller than everyone in school so that made her a black sheep like me. We were always together.


My new house was a paradise for me…living in the country side, neighbors farms full of horses, a river, nature all around…it was perfect. It was my way to compensate for the hard class days. I had a little farm of my own: Ducks, rabbits, pigeons…I was a solitary soul, preferred animal’s company most of the time. They are not mean and judgmental like humans.

One day my dad decided to buy me a horse. I was 10 years old. One of the happiest days of my life. What a blast this little mare. Hours and hours of fun. I was living on her back, sleeping there too ha ha ha! I even ran away from home one day with her. I payed a visit to my friend Nicky. It was about an hour from my home on a horse’s back. Every kids of her neighborhood came to see and play with my horse. I ran in the park on her back with all the kids following us on their bikes.


We were racing lol…but my parents weren’t very happy when I came back after diner, they almost called the police to find me.

After that event they decided to sell my horse and pay for lessons instead. Less work and responsibilities. I cried a lot.


I took horseback riding lessons until 17 years old. I was competing in dressage and jumping shows. Won tons of medals and trophies. Until I discovered that my trainer was drugging the show horse I was riding to calm him down. I left, disgusted, after they disqualified my horse because a positive drug test. Never returned to that stable.


After that, my parents told me that if I wanted to continue the lessons, I was old enough to pay for it. I had a part time job at that time, but not enough money to pay for expensive riding classes. So, I stopped, but still kept helping the neighbors with their horses.

Highschool…


One of the most beautiful encounters of my life was with my friend Suzy. A pure soul, to who’s life as already been hard with. Suzy have muscular dystrophy. Prognostics were very dark for her, 27 years old at most…we still talk almost every week today, at 47 …! We spent all our high school years together. A great friendship story. She was, and still is today, a trustful, sincere and faithful friend. Years haven’t destroyed that friendship link despite distance and our two different paths. I love you Suzy! xoxo


High school for me was a mix of theatre, improvisation, volleyball and the multiple time Suzy an me were skipping our English classes…lol. We were hiding in the school auditorium to play on the 45 000$ dollars school’s gala piano. Hours and hours of fun 😉 talking about boys and our life projects…


One of my first job was in a video club. Yes, back in time we had to rent our movies in a store ha ha ha ! No internet yet!

It was the period where I was forging my personality and started to open up to the world. Dark bullying years were behind me and I was growing into a fine young woman.









598 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout